• Dico
  • Anagrammes
  • Rimes
  • Profils
  • Tout
×
+
×

Rercherchez aussi dans :

  • Phrases
  • Textes
  • Terminaison

Vous êtes complètement perdu(e) sur ce site ? Lisez ceci.

🏠 > … > Divers sujets de forum liés à la langue françaisechaussure ou soulier ?

Sujets connexes :

ARC5EN8CIEL9
Posté par ARC5EN8CIEL9
le 27/02/2011
Consultez le mot SOULIER dans le dictionnaire.

chaussure ou soulier ?

Bonjour
Quel Nom commun est-il plus élégant d'employer dans le langage courant : souliers ou chaussures ?
J'ai pour ma part l'impression que "souliers" fait un peu "ringard", mais quel est le plus Français courant de ces deux noms ?
Merci de vos conseils.
Évaluez cette page :
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5

1. Commentaires (22)

hélène
Posté par
le 27/02/2011
Le plus élégant, à mon sens, est soulier, mais si peu usité de nos jours qu'effectivement il peut être taxé de ringard ; chaussure est donc plus commun... reste à savoir pour quel type de texte te poses-tu cette question ? Un brin soutenu, ou non ??
crisix
Posté par
le 27/02/2011
tout à fait : dans le langage courant, "soulier" fait élégant et has-been !
ARC5EN8CIEL9
Posté par
le 27/02/2011
O.K.soyons donc élégant, dorénavent je serai dans mes "souliers", il est vrai cependant, que le mot a un petit coté démodé mais je m'y ferai, je me suis bien fait à "en revanche" à la place de "par contre" et celà sonne bien et classe tout de suite. Depuis j'ai tendance (ce qui est idiot) à juger les gens en fonction du "en revanche" et du "par contre". Je vais sans doute faire de même avec "souliers" et "chaussures".
Cordialement.
isamatelote
Posté par
le 28/02/2011
Juger ? oups, oui, c'est ... dommage !
Surtout juger les gens 😊
Juger des locuteurs ... à la rigueur 😊
ou mieux (?) leur langage ...
😊
Cela dit, ( tiens,j'en connais qui m'ont fait passer la parait-il vilaine habitude de dire "ceci dit" ) ne tuons pas la richesse et la diversité de la langue, ne tuons pas non plus les régionalismes. Qu'on fasse en sorte d'éviter les pléonasmes , les barbarismes, les erreurs de syntaxe, les faux sens , oui !
Mais ne sur-standardisons pas notre langue !
Sans compter que je me demande bien pourquoi choisir "définitivement" entre soulier et chaussure ! Ce qui fait justement la richesse de notre langue c'est d'avoir plusieurs mots, adaptés à différentes situations, avec des nuances de sens si riches,avec des musicalités différentes, etc ... et se priver de choisir, se mettre un carcan, oups ... quel appauvrissement en perspective 😊
Alors à mon avis vas-y du soulier un jour, de la chaussure un autre jour ...uses-en autant que tu peux, des deux, afin que jamais l'une ou l'autre ne s'use dans nos bons dictionnaires !😊
Isamatelote
ARC5EN8CIEL9
Posté par
le 28/02/2011
Pardon, lorsque j'ai dit juger, le mot à dépassé ma pensée, je me garde toujours de ne juger personne mais, c'est cependant vrai que en ce qui concerne le "par contre" et le "en revanche", ce sont toujours dex expressions qui m'interpellent inévitablement et inévitablement je compartimente. Cela vient sans doute de la guerre que l'on m'a fait pour que j'abandonne le "par contre" effectivement impropre au profit du "en revanche.Il est vrai que j'en connais qui déversent en permanence des flots de "par contre" à chaque début de phrase. Il est "en revanche" beaucoup moins évident d'employer "ce dernier", si se n'est avec réflexion et parcimonie, donc plus justement.
Quant aux "souliers", je les trouvent, malgré le coté soit-disant chic, toujours aussi démodés et à la réflexion, je pense que je ne m'interdirai jamais de porter des "chaussures" et, pourquoi pas de temps en temps des souliers.
Bien à vous tous.
isamatelote
Posté par
le 01/03/2011
😊) Oui, je me doutais bien que le verbe "juger" avait été un peu hâtif ...
Et je me réjouis de voir ta langue continuer à chausser tantôt des souliers tantôt des chaussures.
Isamatelote
silverfox199
Posté par
le 05/03/2011
Entre chaussures et godasses... faut pas pour autant être dans ses petits souliers
ARC5EN8CIEL9
Posté par
le 05/03/2011
réflexion
A choisir, cher "renard argenté"199,mon penchant irait plutôt à "godasses", pompes" ou "écrases ....." selon l'interlocuteur. Tout est question d'appréciations. Si la langue Française peut permettre la grossièreté si elle est bien orchestrée, il lui est difficile de supporter la vulgarité, qui elle, en revanche ne s'orchestre pas.
silverfox199
Posté par
le 05/03/2011
Cher Arc-en-ciel
J'ai peine à vous suivre car de mon propos, point ne visait d'être vulgaire ou grossier, l'ais-je été ou bedon je vous ai mis dans tous vos états...

Soyez donc bien à l'aise dans vos pompes, de revenir me dire ce qu'il en est et point n'est besoin que vous soyez monté sur vos grands chevaux.
ARC5EN8CIEL9
Posté par
le 06/03/2011
Mon propos n'a jamais cherché à être blessant et peu doué pour l'équitation mon écurie n'abrite que des poneys. Quittons les métaphores et revenons sur terre. Il m'avait semblé soupçonner une indifférence totale à l'emploi de telle ou telle expression : alors que faisons-nous sur ce forum si la langue Française nous indiffère ?
Il est certain que de telles préoccupations sont dérisoires par rapport au monde actuel, mais l'évasion permet de l'oublier un peu et de jouer les sauveurs de ce qui peut être encore réanimé au coeur de certains d'entre nous : la beauté de notre langue.
Tout à fait d'accord avec Ismatelote, il faut aussi vivre avec son temps et savoir ajouter de la couleur et du relief à ce qui est terne et plat et essayer de jongler avec l'explicitation de certains mots ou expressions populaires, qui enrichissent avec bonheur notre langage.

Posté par
le 22/03/2011
Bonjour,
le chausseur et bottier Berlutti aime à dire qu'il ne vend pas des chaussures mais des souliers. J'y vois pour ma part une marque de langage soutenu, pour ne pas dire du snobisme. De fait, cette vision occulte le côté ringard du mot soulier, qu'on trouve associé à n'importe quel chaussure il y a 50 ou 100 ans.
isamatelote
Posté par
le 22/03/2011
Finalement, si l'on n'y regarde d'un peu plus près ... "soulier" ne saurait remplacer "chaussure", alors que chaussure peut remplacer et remplace dans la langue courante le mot chaussure.
Le soulier est en effet une forme particulière de chaussure,"Chaussure à tige basse et à semelle rigide qui couvre le pied ou une partie du pied.(TLF) " . Le mot vient du bas-latin, subtel, creux sous la plante du pied.Il me semble d'ailleurs que solea en latin classique c'était tout simplement la sandale, qui ne protégeait que la sole, la plante du pied.A vérifier.
Tout soulier est donc bien une chaussure.

Le nom chaussure quant à lui est finalement le nom générique de tout objet fait de quelque matière que ce soit, de toute forme et pour tout usage qui entoure et protège le pied.
Mocassins, tennis, pantoufles, brodequins et godillots sont tous des chaussures ...sans oublier bien sûr le soulier !
Voilà, j'espère que tout le monde trouvera là chaussure à son pied, et que personne ne sera dans ses petits souliers.
ARC5EN8CIEL9
Posté par
le 25/03/2011
Résumons : tous les souliers sont des chaussures, mais toutes les chaussures ne sont pas des souliers. Soulier est donc ce que Frigidaire est à réfrigérateur. Pardon pour cet exercice de style un peu simpliste. Que de ressources dans notre belle langue avec lesquelles il n'est pas si facile de jongler, mais on peut cependant se renvoyer les balles, un jeu qui ne doit blesser personne et qui doit rester un savant amusement.
Bien à vous
isamatelote
Posté par
le 26/03/2011
Ah non pas du tout ! Soulier n'est pas à chaussure ce que frigidaire est à réfrigérateur ! Frigidaire est un nom de marque, dont on se sert pour désigner tous les réfrigérateurs. Soulier n'est pas un nom de marque 😊 C'est une sorte particulière de chaussures ... Sourions, sourions ...
Et à propos de chaussures, savez-vous ce que sont des dix-huit ? Des souliers deux fois neuf(s) ... une première fois parce qu'ils sortaient de chez l'artisan qui les avait fabriqués et n'avaient jamais été portés, une seconde fois parce qu'ils avaient été "remontés à l'aide de semelles, d'empeignes et de tiges usagées". On employait ce mot de dix-huit au dix-neuvième dans l'argot parisien.
Isamatelote
ARC5EN8CIEL9
Posté par
le 27/03/2011
Pardon, l'erreur est humaine, il est vrai que frigidaire est une marque. Sourions encore, nous dirons que soulier est à chaussure ce que pie est à oiseau !!! A + peut-être si je me suis encore fourvoyé.
Posté par
le 27/03/2011
Soulier est aussi une marque... d'ascenseur...
Pour ceux qui rechignent à user leurs souliers dans les escaliers 😉
@ Isamatelote : Ok pour les 18 , mais alors, se mettre sur son 31 ? Quelle est l'opération correspondante ? 😉
Pour info :http://www.mon-expression.info/se-mettre-sur-son-trente-et-un
silverfox199
Posté par
le 29/03/2011
Je vais devoir me mettre sur mon trente-six en fin de semaine prochaine, j'ai une sortie, samedi en deux.
On va sortir les escarpins...
isamatelote
Posté par
le 29/03/2011
Eh bien se mettre sur son trente-et-un n'est pas le résultat d'une opération ! L'origine de l'expression n'est pas très claire.
Je sais qu'on avance plusieurs explications le plus souvent en rapport avec le milieu soldatesque.Comme tu as indiqué un lien, je ne développerai pas.
Mais ...
Mais récemment sur mots_passion, je proposais l'expression attestée en Normandie de "être sur son dix-hui"t. Rien à voir avec les souliers. Ni donc avec deux fois neuf.
Voilà ce qu'en disent R.Lepelley, dialectologue normand, et C.Bougy, éclairant du même coup l'origine probable de " être/se mettre sur son trente-et-un"

L'expression, qui a le sens de revêtir son « habit de cérémonie », est ancienne et doit être reliée à celle que connaît le français standard « se mettre sur son trente -et -un », de même construction et de même sens.
« Se mettre sur » est à comprendre comme se mettre sus, « mettre sur soi, revêtir ». Trente- et- un ou dix-huit désignant le vêtement que l’on endosse. Or, tente- et -un est la déformation de trentain, terme technique désignant une qualité d’étoffe particulièrement soignée, fabriquée avec trente fois cent fils : on obtenait ainsi un tissu très serré, de qualité supérieure. Trentain dont les locuteurs n’ont ensuite plus compris le sens, a ultérieurement été interprété comme le nom de nombre trente-un d’où sa forme moderne.
Le dix-huitain a également existé : il s’agissait d’une espèce de tissu fabriqué dans le Midi, avec dix-huit fois cent fils. Il était certes moins raffiné que le trentain, mais probablement encore d’une bonne qualité, et sur le modèle de l’expression « se mettre sur son trente-et-un », on a pu dire se mettre sur son dix-huit, mettre sur soi son habit de bonne étoffe.
Dix-huit a également désigné, dans l'argot parisien du 19me siècle, des souliers remontés à l'aide de semelles, d'empeignes et de tiges usagées : par jeu de mots, on a appelé ces souliers " deux fois neuf(s) " des dix-huit.
Mais ce n'est pas là le sens de notre expression, qui s'inscrit d'ailleurs dans une série très prolifique, puisqu'on a pu autrefois se mettre aussi sur son trente - deux, son trente-six, voire sur son cinquante et un, selon la qualité de son costume ou la fantaisie des locuteurs !
Attestation : Manche Nord, Seine-Maritime, Eure, Calvados.
Expressions familières de Normandie, René Lepelley et Catherine Bougy (Editions Bonneton)


Posté par
le 29/03/2011
Si seulement ces mots pouvaient bien nous entendre,
Ils piqueraient sans doute une crise de jalousie.
Pensons aux grands services qu'ils ont pu nous rendre
Dans nos compositions et surtout en poésie.

Mais rien ne m'empêcherait de préférer chaussure
A son pauvre rival que je crains de citer.
Je pense même entendre pas trop loin ses murmures
Contre ceux qui choisissent de le mettre de côté.

Et la prochaine fois que vous allez chanter:
Dix kilomètres à pieds, çà use, çà use,
Si vous avez un mot autre que "les souliers"
Sachez que la chanson sera donc très confuse.
Posté par
le 30/04/2011
Comme des lyres je tirais les élastiques
de mes souliers percés, un pied contre mon cœur.
Arthur Arc-en-ciel
Il ne suffit pas d'avoir trainé ses guêtres (synecdoque ou métonymie)un peu partout dans le monde pour être poète, mais à celui-là cela semble y avoir réussi.
J'allais sous le ciel, Muse, et j'étais ton féal! Ça vous a une autre allure que de simplement trainer la grolle.
Ou tu finis traine-patins, ou poète, ou chef d'espadrile.
Lui fut poète, globe-troter, trafiquant, et n'avait plus qu'une chaussure à la fin de sa vie.
Faites excuse, vos seigneuries, ma touche à guillemets est en panne.
visiteur (Riri)
le 17/04/2012
Souliers!
Ça enrichit le langage d'un mot et on peut dire "chausser ses souliers" au lieu de "mettre ses chaussures".
visiteur (Simon)
le 30/01/2014
Régionalismes
Au Québec, le mot "soulier" est universel. Le terme "chaussure" sera parfaitement compris, mais confirmera votre origine (ou une influence) étrangère...
Ajouter un commentaire

Quoi de beau
sur eXionnaire ?

Aujourd'hui, on fête les Donald.15/07/2020
xap a joué la partie #2208.14/07/2020
Le mot HANSE fait le buzz !14/07/2020
Bienvenue Romboss02 !08/07/2020
addictionnaire a rajouté le mot °CRYPTOGAY°.01/07/2020
addictionnaire a lancé le sujet Le liseur.30/06/2020
addictionnaire a rassemblé des citations pour Le liseur.30/06/2020
?
Retrouvez eXionnaire
sur Facebook

Conception du site :

nüweb - sites écologiques